Vous êtes dans : Accueil > Au service du locataire > Bien vivre votre logement > Entretenir les relations de bon voisinage

Entretenir les relations de bon voisinage

Les troubles de voisinage
L'usage des parties communes
L'accès à l'immeuble

La qualité de la vie dépend de la bonne volonté de chacun.
La signature du bail vous oblige à respecter le règlement intérieur d’habitation. L’objet du règlement est la bonne tenue de l’immeuble et le respect des règles d’usage, de bienséance, d’hygiène et de sécurité qui s’imposent à toute collectivité. Le non respect du règlement peut entraîner la rupture du bail.

Le règlement intérieur des immeubles - Vous n'avez pas le droit de voir cet objet.

Les troubles de voisinage

Vous ne devez pas troubler la tranquillité et le repos des locataires, et ce, de jour comme de nuit :
Réglez le volume de votre radio, télévision ou chaîne-hifi de manière à ne pas gêner vos voisins.
Veillez à ce que vos enfants ne troublent pas la tranquillité des autres locataires par leurs jeux et leurs cris.
N’utilisez pas d’appareils bruyants.

 

Si vous devez faire des travaux, prévenez vos voisins à l'avance : ils apprécieront d'avoir été informés et sauront que la gêne n’est que de courte durée.
Le trouble de voisinage peut conduire à la rupture du bail.

L’usage des parties communes

Préserver son cadre de vie, c’est d’abord éviter de salir et d’abîmer.

C’est aussi :

L’accès à l’immeuble

Pour assurer la tranquillité et la sécurité, Pays de Meaux Habitat a fait installer, dans la plupart de ses immeubles collectifs, une interphonie. Pour que ce système demeure efficace, il est important que les résidents soient vigilants lorsqu’ils autorisent l’accès à l’immeuble. Par ailleurs, le regroupement de personnes dans les parties communes (halls d’entrées, escaliers...) constitue, aux termes de la loi sur la sécurité intérieure du 18 mars 2003, un délit passible d’une peine d’emprisonnement et d’une amende. Si ce regroupement entraîne des nuisances telles que bruits, dégradations, entrave à la libre circulation, les services de police sont autorisés à intervenir et à verbaliser les fauteurs de troubles.